Une interview relayée dans les Dernières Nouvelles d’Alsace de ce 23 juillet. Merci pour leur soutien.

A lire ici
http://c.dna.fr/edition-de-strasbourg/2016/07/23/ted-vit-la-musique

ou ici
Ted vit la musique

Enfant, il savait qu’il serait musicien. Il est devenu « Ted », un homme qui sait pour quelle musique il veut vivre. « Elle doit nous faire partager des émotions », dit Ted, que rencontreront les mélomanes, lors de son concert, demain, à la Vill’A, à Illkirch-Graffenstaden.

« J’avais neuf ans, quand j’ai commencé à jouer de la guitare et très vite, je ne pouvais plus m’en passer », dit Ted qui se décrit comme un être assez renfermé sur lui-même. « Pour exprimer ce que je vis ou les sentiments que l’actualité m’impose, il n’y a que la musique parce qu’elle permet de partager sa vie intime sans trop se découvrir », continue Ted, par ailleurs guitariste du groupe de rock strasbourgeois Yeallow.

« Mon goût de la musique s’est formé avec David Gilmour de Pink Floyd et Angus Young d’AC/DC, des idoles, dont les posters géants tapissaient ma chambre d’adolescent. Bientôt, à force d’écouter de la musique, notamment les chansons de Serge Gainsbourg, de Jacques Higelin et du groupe Téléphone, les murs de ma chambre n’ont plus suffi pour accueillir tous les musiciens. Mais j’ai fini par savoir non seulement quelle musique j’aimais vraiment, mais surtout que je composerai ma propre musique, celle pour laquelle je voulais vivre ».

« Mon inspiration dépend des périodes. Pour mon premier album de chansons françaises, « Mi amor », sorti en octobre 2014, c’était l’amour, l’amour des femmes, de mes enfants. Aujourd’hui, j’ai mûri et je suis devenu moins fleur bleue. J’aime les textes qui présentent des aspérités, les paroles qui surprennent les oreilles de mes auditeurs. C’est que je ne cherche pas à plaire, mais à vivre la musique, peu importe qu’elle me rapporte de l’argent ou pas », continue Ted, dont les chansons ne naissent pas selon un schéma établi. Tantôt c’est le texte, tantôt c’est la mélodie qui vient en premier.

« Certaines musiques de variété me font horreur comme toutes les choses simplistes. La musique ne doit pas seulement nous porter, mais nous interroger, parfois même nous secouer. Parce qu’elle est l’expression de la vie qui nous interpelle. »

Ted ne veut pas être un chanteur à message. Mais une chose lui tient tellement à cœur qu’il voudrait qu’elle soit dite.
« Arrachez-vous du téléviseur et allez au concert. Vous ne pouvez sentir l’énergie formidable que dégage une émotion partagée que lorsque musiciens et auditeurs sont réunis, au même endroit », conclut Ted.

Ted, dimanche 24 juillet 2016 à 17 h, à la Vill’A, rue Kraff, à Illkirch-Graffenstaden. Entrée libre. Buvette sur place. Repli à l’intérieur de la Vill’A en cas de pluie.