Ce matin, alors que je buvais tranquillement mon café devant mon ordi à checker mes mails et faire le ménage dans tout cela et dans ma tête, je reçois ce mail d’Hervé DEVALLAN de Rock Made in France… Une chronique de mon album “Mi Amor” que j’avais envoyé il y a quelques semaines en me disant que quelqu’un l’écouterais peut-être. Et voilà, je vous laisse découvrir cet article qui m’a beaucoup touché et qui, encore une fois, nourrit ma volonté quotidienne d’écrire et de faire de la musique. RIen d’autre.

Lire l’article : http://www.rockmadeinfrance.com/actu/ted-mi-amor/19220/

Ted « Mi amor »
La pop française est en manque de talents. Plus aujourd’hui avec Ted et ses chansons passionnées et passionnelles.

On aurait tord de passer à côté de Ted. Non seulement parce qu’il est le guitariste des excellents Yeallow, mais en plus son premier album solo renferme ce qu’il faut de folie et de pudeur pour en faire le disque de chevet idéal. Dans un style pop faussement simpliste, Ted égrène ses petits soubresauts personnels et les transforme en histoires à partager qu’il est bien difficile de quitter. Des femmes (« J’ai adoré ») aux enfants (« Chanson pour Luna »), Ted se raconte et nous raconte ses amours inconditionnelles et ses introspections passionnées. Dans un phrasé qui évoque parfois le toulousain Renaud Papillon Paravel, l’Alsacien trouve les mots justes et la musique qui va avec. On oubliera ses dérives reggae (voir le clip en dessous) et autres chanson pour trompette engagée… En revanche, lorsqu’il revient à ses penchants gainsbouriens (« Petit cochon »), l’audace et le clin d’œil allèchent et enrobent sa guitare de mots comme « une friandise, un praliné ». Oui, Ted colle au cœur et au corps… Surtout quand « l’hygiaphone fait des siennes »..

Hervé Devallan

rmif